Aller à la recherche

Blogue informel d’un électron libre

Blogue personnel d'un internaute. Quand j'ai du temps entre deux procès abusifs par Vivaldi-Avocats Lille (Eric DELFLY, qui est aussi l'un des consuls du Luxembourg).

dimanche 18 juillet 2010 18:54

Orange et ses 200 iPads exclusifs me rendent amer

L'opérateur Orange a organisé avec l'agence You To You une opération marketing pour promouvoir l'iPad et ses propre forfaits 3G conçus pour cet appareil.

Elle compte sur des blogueurs pour relayer un  formulaire (en Flash), permettant à l'utilisateur de savoir immédiatement s'il a gagné l'un des 200 lots mis en jeu. Chaque lot comprend un iPad et un abonnement d'un an à un forfait conçu pour l'iPad. 

Cette campagne a donné lieu à de nombreux billets, très similaires, tout ça pour un jeu exclusif ! Je me suis dit que si autant de monde relaie la campagne, c'est que les billets sponsorisés sont bien payés. Je me suis donc intéressé aux côtés exclusif et surtout financier de cette campagne. Je rappelle au passage que dans exclusif, on retrouve exclusion.

Plus de précisions sur le jeu

Le 20 mai 2010, un huissier a tiré au sort 200 abonnés Orange comme gagnants de ce jeu. C'est le pré-tirage.

Les clients répondent à des critères bien précis, au jour du tirage au sort : 

  • être titulaire d'un format mobile avec engagement, 
  • avoir au moins un an d'ancienneté ou d'abonnement, 
  • habiter en France,
  • utiliser un iPhone par Orange,
  • ne pas être un client de l'offre "Mobicarte" (sans engagement), 
  • ne pas être titulaire d'un forfait bloqué,
  • ne pas être en contentieux, 
  • ne pas être bénéficiaire d'une offre salariée,
  • ne pas être bénéficiaire d'une ligne interne.

Il s'agit donc des clients ayant un certain niveau de revenus, même si c'est annoncé dans le titre : clients fidèles, utilisateurs d'un iPhone.

Les lots à gagner

Il s'agit de 200 exemplaires du lot suivant : 

  • un Apple iPad, version Wi-Fi + 3G avec 16 Go de mémoire, vendu 599 € au détail,
  • 12 mois d'un forfait de connexion 3G, pour 2 Go, d'un prix mensuel de 39 euros.

Le prix commercial total du lot revient donc à 1067 €. Le montant total des lots atteint les montants suivants :

  • 119 800 € pour l'ensemble des iPads, 
  • ou 213 400 € pour l'ensemble des iPads + les forfaits sur cette année !

Toutefois, il y a fort à parier qu'Orange ne paye pas 599 € par appareil, car elle est opérateur et participe ici à la visibilité du produit.

Les conditions de gain

Les clients pré-tirés au sort ne sont pas automatiquement gagnants ! Via un formulaire disponible sur la page dédiée www.iphone.orange.fr/ipad, ils doivent saisir leur numéro pour savoir si ils ont gagné.

Si un gagnant pré-tiré ne réclame pas son lot, il le perd ! De plus, les tablettes ne sont pas expédiées de suite, mais dans les trois mois à compter du 31 mai, comme si Orange devait les acheter... ? Cette opération intervient aussi au court d'une période de pénurie programmée par Apple, il pourrait être mal vu qu'Orange ait constitué un stock de 200 tablettes juste pour son jeu. 

Les billets de relais

La campagne de promotion organisée par l'agence comprend donc une série de billets de blogue, qui intègrent le formulaire sous forme de "widget".

Voici d'autres billets qui n'incluent pas le formulaire, mais qui relaient tout de même la campagne : 

Les conditions imposées aux blogueurs

L'agence You To You imposait la transparence... une certaine transparence ! Les blogueurs devaient signaler le caractère sponsorisé du billet et intégrer le formulaire, mais n'avait pas l'obligation de publier le montant de leur rémunération. Le formulaire reçu par les blogueurs était accompagné d'un texte expliquant la promotion que Orange avait faite sur sa boutique des Champs et l'offre du jeu. 

À part cela, leur marge de manoeuvre a été totale. Il n'y a pas eu de phase de validation des textes. Plus d'info sur la liberté des blogueurs (lien envoyé par l'agence). Cependant, trois blogueurs ont signalé ce billet comme une "publicité"... un signe de la similitude éditoriale de tous ces billets ?

L'argent, toujours un tabou en France

Interrogés directement, aucun des blogueurs n'a communiqué précisément le montant de sa rémunération pour ce billet.

  • L'un a répondu publiquement entre 300 et 400 € (Frédéric),
  • un blogueur a donné la fourchette 400-500 €,
  • un blogueur n'a rien objecté à mon estimation entre 350 et 550 € inclus.

L'agence a aussi répondu à mes questions, mais pas précisément sur ce point. La rémunération de chaque blogueur a été fixée en fonction de son You Rank, note attribuée par l'agence au blogueur.

Le refus de communiquer par ces blogueurs sur la question de l'argent traduit une gêne et un manque de transparence. Ils acceptent des centaines d'euros en échange d'un contenu pré-mâché, mais font silence radio dès qu'il s'agit d'en parler [de combien ils ont reçu]. Dommage pour des communicants !

Le montant de la somme n'est pas anecdotique, il a une petite importance. Certains blogueurs ont plus ou moins d'audience ou de popularité que d'autres, et aussi de cupidité. Donc la somme a une importance dans la mesure où certains n'auraient relayé cette opération en deçà d'une certaine somme, et que donc l'existence actuellement en ligne du billet via le payement de x euros, permet de se faire une idée de à partir de combien tel blogueur est prêt à relayer tel contenu pré-mâché.

Niveau transparence, la hauteur de la rémunération/valeur du cadeau d'un blogueur pour un billet sponso est toujours le "petit mystère". Tant qu'à être clair à annoncer le caractère sponso, autant être tout-à-fait transparent et afficher aussi le montant du cash reçu ! - Non ? Ce n'est pas encore demain que les billets sponsorisés intégreront le montant touché par le blogueur.

On m'a rétorqué que lorsque l'on voit une publicité à la TV ou lit un publi-rédactionnel, on ignore le montant touché par le diffuseur. C'est vrai, mais dans le cas qui nous intéresse ici, il ne s'agit justement pas d'un contenu rédigé par l'annonceur, car un billet de blogue (même sponsorisé) doit d'abord et en plus grande partie venir de la tête du blogueur. Sinon autant accepter un publi-rédactionnel, c'est-à-dire une publicité déguisée sous forme d'article éditorial et publiée telle quelle. 

Budget de l'opération

Il y a donc 11 billets sponsorisés qui intègrent le formulaire. En supposant 6 payés 350 € et 5 payés 450 euros, on obtient 4350 euros uniquement pour payer les blogueurs ! D'autres frais s'ajoutent pour l'agence, comme la sélection des blogueurs, la prise de contact avec eux pour présentation et proposition de la campagne...

Comme dit plus haut, Orange a de son côté offert pour 119 800 € d'iPads, et a du développer le widget.

Une telle envergure dans ce type d'opération rappelle la puissance financière de la société Orange. Tout le monde ne peut pas se payer si chèrement autant de blogueurs à fort trafic.

Notes

Ce billet n'atteint le niveau que je voulais initialement. Temps d'attente des réponses, soucis personnels, baisse de motivation et poursuite judiciaire par la société Xxxxxxx ont fait que je ne publie qu'aujourd'hui. 

Je voulais surtout connaître leur rémunération pour ce billet et voir comment ces blogueurs à forte audience et/ou populaires, souvent qualifiés d'"influents", se sentent face à autant d'argent facile. 

Non, je ne suis pas jaloux. Face aux critiques sur un billet sponsorisé, une réponse classique revient souvent : Tu es jaloux d'avoir gagné de l'argent !. Variante : annoncer le montant déclenche des jalousies. Je n'aurais pas pu être jaloux :

  • Je ne suis pas jaloux de relayer une opération "pour riches" (j'exagère à peine).
  • Je ne suis pas jaloux de poster à 80 % le même message que 12 autres blogueurs et ainsi participer à une forme de pollution dans les moteurs de recherche.
  • Je ne suis pas jaloux de participer à la promotion d'un produit qui est une prison technologique, alors que de nombreuses alternatives plus ouvertes existent. 
  • Je ne suis pas jaloux de promouvoir des forfaits de communication sous-dimensionnés et sur-facturés (comparatif international).
  • Je ne suis pas jaloux de participer à une opération dont le script pourrait être mieux sécurisé, qui plus est par une entreprise qui prouvera quelques jours plus tard une certaine négligence dans le développement d'un logiciel de sécurisation.
Je suis très déçu, moins de la moitié des blogueurs ont répondu, et encore partiellement ! Ils peuvent encore le faire. Tout cela malgré ma promesse de confidentialité : révéler les données, mais ne pas mentionner de qui elles viennent parmi cette population.

Annexes

Mes questions envoyées aux blogueurs étaient les suivantes : 

  • Comment avez-vous été sélectionné ?
  • Combien avez-vous été rémunéré pour relayer l'opération/intégrer le formulaire en Flash ?
  • Quelles ont été les exigences d'Orange et/ou de l'agence en terme d'éthique et de transparence ? (Annoncer le caractère sponsorisé, le montant de la rémunération...)
  • Quelle a été votre marge de manœuvre (texte de base à placer dans l'article du blog...) ou vos contraintes ?

vendredi 4 juin 2010 15:02

Non Apple, pas besoin de ton Safari pour le HTML 5

La société Apple a mis en ligne une série de démonstrations des possibilités du HTML 5.

HTML 5 est la prochaine version du langage de balisage hypertexte (alias HTML), actuellement en version 4.01. Le développement du HTML 5 se fera jusqu'en 2022, mais les navigateurs ont déjà commencé à reconnaître ce langage et l'implanter (pouvoir l'afficher).

Plus précisément, ce sont les moteurs de rendu qui commencent à implanter HTML 5, de même que CSS 3, prochaine version du langage CSS. Un moteur de rendu est le principal composant logiciel d'un navigateur, puisque c'est lui qui gère directement l'affichage des pages Web. 

Il existe moins de moteurs de rendu que de navigateurs, car certains moteurs de rendu sont utilisés par plusieurs navigateurs :

  • Gecko équipe Firefox et Camino,
  • Webkit est celui de Safari et Chrome
  • Presto est celui développé pour Opera,
  • Trident est le moteur d'Internet Explorer.

Des démonstrations fermées

Ces démonstrations techniques sont disponible via la page www.apple.com/html5. Lorsque vous cliquez sur l'une des vignettes menant à une démo, voici ce que vous voyez :

Capture d'écran de cette page, après un clic sur une vignette

Extrait du message en sur-impression :

Vous devrez télécharger Safari pour voir cette démo.

En préambule de ces vignettes figure le message suivant :

Les démos ci-dessous montrent comment la dernière version du navigateur Web "Safari" par Apple, les nouveaux Macs, et les nouveaux appareils mobiles d'Apple, supportent tous les possibilités d'HTML 5, CSS 3 et JavaScript [un langage qui permet de rendre interactive des pages Web, NDT]. Tous les navigateurs n'offrent pas ce support. Mais bientôt d'autres navigateurs modernes profiteront de ces même standards Web - et des choses extraordinaires qu'il permettent aux webdesigners.

Apple vous pousse donc à installer son navigateur, suggérant que lui seul permet de voir ces démos.

J'ai essayé avec Iron, qui utilise le même moteur de rendu (Webkit), mais j'ai été redirigé vers la page www.apple.com/html5, sans doute via le script browserdetect.js. Apple empêche donc de consulter ces (ses ?) démos via un autre navigateur.

Les problèmes de cette approche

Apple tente de faire croire que seul son navigateur permet de voir ses démos, voire de lire des pages Web codées en HTML 5. La phrase Tous les navigateurs n'offrent pas ce support. est réductrice : tous les navigateurs n'offrent pas autant de support du HTML 5.

Il est vrai que Webkit est un des moteurs les plus avancés, et donc un de ceux qui interprètent le mieux HTML 5. Mais les autres ne sont pas "nuls" sur ce point : tous les moteurs de rendu travaillent continuellement à afficher correctement les futures versions des langages HTML et CSS.

Apple prétend promouvoir un standard ouvert (HTML), mais conditionne cette expérience de navigation par l'usage de son produit, sans ouverture à la concurrence (Firefox, Opera...). Apple oublie que si son navigateur permet de lire aussi bien des pages en HTML 5, c'est avant tout grâce au travail des développeurs de Webkit, et non des développeurs de Safari !

Comme tous les fabricants de navigateurs, Apple est tributaire du développement du moteur de rendu (compatibilité avec les langages, interprétation du Javascript voire sa compilation...) qui équipe son navigateur, pour promouvoir ce dernier (stabilité, configurabilité, gestion des données personnelles, performances...).

Il faut également savoir que Safari est un logiciel à source fermée, et même privateur. On ne sait pas tout du fonctionnement de Safari et il nous est interdit de nous y intéresser (étudier le logiciel, le bidouiller, etc).

Par cette limitation débile (des démonstrations consultables uniquement dans un logiciel), Apple nous rappelle aussi la balkanisation du Web qui régnait il y a quelques années.

Ressources

Raccourci vers ce billet : http://minu.me/2hnh .

lundi 4 août 2008 18:59

Se faire rembourser Mac O.S. - Episode 2 : relance de la demande d'information

Je n'ai toujours pas reçu de réponse à mon premier courriel.

Alors, je viens de le ré-envoyer, mais cette fois avec l'option de l'accusé de réception, me permettant d'être prévenu lors de l'ouverture du message.

Je viens tout de même de recevoir un "mailer daemon" disant que j'adresse du destinataire n'existe pas. Peut-être mon contact n'y travaille-t-elle plus. Alors, j'ai envoyé à nouveau ma relance, à plusieurs adresse génériques Apple.

jeudi 24 juillet 2008 14:25

Remboursement de Mac OS - Episode 1 : demande d'information à l'Apple Store

Cela faut presque 1 an que j'utilise un Macbook comme ordinateur personnel, principalement pour mes études en communication.

Dans ce cadre, nous utilisons de nombreux logiciels, mais l'un d'entre eux n'existe pas pour la plate-forme Macintosh. J'ai donc passé mon Mac sous Windows XP. Ainsi, je n 'ai presque jamais utilisé mon ordinateur sous Mac OS.

Je vais donc essayer de me faire rembourser Mac OS Léopard.

Je viens d'envoyer le courriel suivant à la téléopératrice du Store qui suit mon dossier :

Cela fait près d'un an que j'ai acheté mon ordinateur chez vous (MacBook) avec Mac OS 10.5 (Léopard).

Il me sert principalement pour me études, mais l'un des logiciels étudiés n'existe pas sous Mac, ce qui m'a obligé à le passer sous Windows. Pour ainsi dire, je n'ai presque pas utilisé le Mac sous Mac OS.

Récemment découvert, il semblerait que je peux me faire rembourser le système d'exploitation, conformément à la réglementation française.

Dans le "CONTRAT DE LICENCE DE LOGICIEL MAC OS X" livré avec l'ordinateur, il est mentionné dans le premier paragraphe "Pour un logiciel Apple inclus dans une acquisition de matériel, veuillez restituer l'intégralité du paquet logiciel/matériel afin d'obtenir son remboursement.". Cela ne semble pas en accord avec la Loi.

Selon la page d'aide affichant la référence 26275: "SI VOUS N’ÊTES PAS D’ACCORD AVEC LES TERMES DE CETTE LICENCE, CLIQUEZ SUR “REFUSER” (SI VOUS ACCÉDEZ À CE LOGICIEL DE MANIÈRE ÉLECTRONIQUE) OU RESTITUEZ LE LOGICIEL APPLE À L’ENDROIT OÙ VOUS L’AVEZ ACQUIS (SON PRIX VOUS SERA ALORS REMBOURSÉ)" (dernière mise à jour : 4 août 2003) il serait donc possible de se faire rembourser cet OS.

Au final, Apple va t'elle me rembourser ? Ou dois-je aller en justice ?